Pourquoi un digestif ?

5

Saviez-vous que votre système digestif a avalé environ 10% de l’énergie que vous avez dans la journée ? Cet article vous donne les clés pour comprendre comment fonctionne votre digestion et comment vous pouvez optimiser l’énergie consommée pendant la digestion.

La digestion d’un repas est un vrai travail de groupe. La digestion va en effet de nombreux organes Spécifique : bouche, estomac, intestin grêle, gros intestin, foie, pancréas… (sans parler des bactéries partenaires de notre tube digestif, qui est maintenant considéré comme un organe à part entière).

A lire aussi : Comment planifier et organiser un mariage ?

Chacun de ces acteurs doit, pour fonctionner, carburant de réception (énergie sous forme de calories principalement due aux glucides et aux graisses et un peu de protéines).

En moyenne, Sur les 10 calories prises, 1 calories sera utilisée pour faire fonctionner ces organes. Mais ce chiffre peut varier vers le haut et vers le bas en fonction de la nature de la nourriture prise et des combinaisons alimentaires pendant les repas.

A lire également : Comment faire pour devenir décoratrice événementiel ?

La digestion des sucres, par exemple, nécessite 3 à 10 fois moins d’énergie que la viande (protéines). Un steak prend environ 3 à 5 heures pour être digérée : les protéines complexes qui le composent doivent faire un long séjour dans l’estomac pour être coupé en acides aminés assimilables. Pour cela, le morceau de viande subira une fuite d’acides chlorhydriques, d’enzymes digestives et pétrir pendant plusieurs heures…

Inversement, l’ingestion d’un morceau de sucre n’alourdit presque pas l’estomac : il sera digéré dans l’intestin grêle dans les 30 minutes.

  • le protéines (viande, poisson et fruits de mer, œufs, légumineuses) sont les plus grands consommateurs Énergie : 20 à 30%  ;
  • le lipides (corps gras) consomment 10 à 15% de l’énergie qu’ils apportent,
  • le hydrates de carbone consommer 3 à 7% de l’énergie

Ces coûts varie également en fonction de la quantité de nourriture prise. Par exemple, il sera de 25 % pour un apport modéré en protéines et peut dépasser 50 % pour l’apport en protéines massiques.

Sachant que notre énergie nous est fournie uniquement par la nourriture que nous prenons, il est donc important de veiller à ce que la digestion des aliments ne pompe pas de façon disproportionnée nos réserves énergétiques. L’absurdité serait que la digestion dépense plus d’énergie que ce qu’un repas apporte comme énergie pour faire fonctionner tout notre corps !

Selon la forme, le niveau de stress et les tâches à accomplir dans la journée (travail intellectuel, activité physique…), il est conseillé d’ajuster la composition de vos repas pour maximiser l’efficacité énergétique et pas trop « vide ses batteries » avec la digestion.

Jus PAF ont l’avantage de pratiquement ne nécessitent pas d’effort digestif  :

  • ils sont liquides et ne nécessitent donc pas de pétrissage par la bouche ou l’estomac,
  • ils ne contiennent pas de protéines et de lipides,
  • ils contiennent des sucres rapides (fructose) qui n’alourdissent pas le pancréas s’ils sont consommés en quantités raisonnables ;
  • les nombreux micronutriments (vitamines, enzymes, minéraux, antioxydants) sont très facilement assimilés par le corps.

C’est pour toutes ces raisons que les jus de fruits et légumes biologiques et pressés à froid peuvent être consommés, même si vous n’avez pas beaucoup d’énergie disponible !

Boris JEAN, réserve naturelle